Les différentes plumes

 

 

La connaissance des noms des plumes apparaît comme primordiale lorsqu'on sait que la détermination des phénotypes (aspect extérieur de l'oiseau) passe par la description des couleurs des plumes. En plus du nom des plumes, des notions d'anatomie basique et de configuration des éléments d'une plume sont nécessaires, notamment pour bien comprendre les mutations. Faisons donc un point en commençant par les plumes.

 

> Une plume, qu'est-ce que c'est ?

Il s'agit d'un axe principal qui prend naissance dans l'épiderme, creux au début dans le calamus puis plein dans le rachis. De part et d'autre du rachis sont inserées dans le même plan des paires de barbes (angle 40° environ) qui sont elles mêmes de petites plumes puisqu'elles possèdent des barbules positionnées de la même manière que les barbes sur le rachis. Les barbules possèdent de petits crochets qui permettent de maintenir les barbes entre elles et former le vexille; l'assemblage uniforme des barbes de chaque côté du rachis. Le vexille externe (visible lorsque l'aile est repliée) est souvent le plus étroit.

Ci-dessous le détail de la structure des barbes et barbules puis les plus rectrices (de queue) d'un Agapornis fischeri.

 SansCopie 1

 

Les plumes poussent dans des zones particulières de la peau, les ptérylies. Grâce à la longueur des plumes et leur superposition, on a l'impression que le plumage est uniforme et ininterrompu. Pourtant on voit bien sur les jeunes que les plumes poussent dans des régions particulières.

Pteryles 1

 

> Quels sont les différents types de plumes ?

 

  •  Duvet

Contre la peau de l’oiseau il la protège des agressions extérieures comme le froid et conserve la chaleur de l’oiseau. Il est composé de petites plumes duveteuses et douces.

  • Pennes

Désigne les plus longues plumes de l'oiseau. Elles ont un rôle primordial pour le vol (en anglais flight feather). Elles se subdivisent en deux types, les rectrices et les rémiges. 

 

1.Rectrices

Les rectrices sont les longues et rigides plumes de vol de la queue.  Elles servent de gouvernail lors des manœuvres de vol et de frein à l'atterrissage. Pour cela les plumes s'écartent plus ou moins. Elles sont au nombre de 12 chez la plupart des espèces comme chez le genre Agapornis.

 

Ci-dessous, les rectrices d'une amazone et un inséparable pallid dont les rectrices sont déployées en vue d'un atterrissage.

Rectrices d'amazone Flight
 
 

Les rectrices sont parfois un caractère sexuel secondaire; ce sont elles que dresse le paon pour sa roue, certaines d'entre elles sont joliment allongées, colorées et déformées chez beaucoup d'oiseaux et particulièrement chez le mâle

 

2. Rémiges

Ce sont les grandes plumes de vol des ailes, elles sont solides mais souples et se répartissent en 3 niveaux, primaire, secondaire et tertiaire, du bout le plus externe de l’aile vers l’aisselle.

Les rémiges primaires (ou grandes rémiges) et secondaires ainsi que leurs couvertures prennent le plus de place sur l’aile.

 057

  • Tectrices

Elles s'ont implantée un peu partout sur le corps et sont plus duveteuses et plus petites que les plumes de vol. Elles tombent facilement pendant la toilette, on les trouve à tous les coups dans la volière et le nid. 

  • Filoplumes

Ce sont des plumes sensitives presque réduites au rachis avec quelques barbes au bout. Leur base est riche en terminaisons nerveuses qui permettent à l’oiseau de bien remettre en place son plumage.

 
 
 Rectrices
 
 
#########################